Affaire Skripal : Désinformation et croisade contre la Russie

25 mars 2019 Off By Romain
Affaire Skripal : Désinformation et croisade contre la Russie

Article écrit par Simon Clanice publié sur Les Crises le 23 Mars 2018.


Article qui démontre point par point les incohérences et la désinformation véhiculée autour de l’Affaire Skripal.

Thèmes abordés dans l’article:

  • L’Angleterre a refusé de partager les preuves avec la Russie
  • L’origine du poison utilisé n’est pas prouvée
  • Vladimir Poutine n’avait aucun intérêt à se faire une mauvaise publicité peu de temps avant les élections et avant le Championnat du monde de football à venir.
  • Pourquoi punir à nouveau un agent russe qui avait déjà été puni de longues années auparavant et qui avait ensuite bénéficié d’un échange d’espions entre les Etats-Unis et la Russie ?
  • “Les tests soviétiques sur ces armes chimiques se tenaient en Ouzbékistan. Selon l’ambassadeur britannique en Ouzbékistan de l’époque, Craig Murray, tous les stocks du site ont été détruits et son équipement a été enlevé par le gouvernement des États-Unis.”
  • La formule du Novitchok a été publié en 2008 et disponible sur Amazon au moins depuis 2009
  • Comment est-ce que la Russie peut prouver qu’elle n’a pas organisé l’attaque alors qu’elle n’a pas pu avoir accès aux preuves ?
  • Les inspecteurs de l’OIAC (Organisation pour l’interdiction des armes chimiques) ont fini par arriver sur le lieu du crime le 21 mars, soit 17 jours après le crime
  • Selon le professeur Léonid Rink, l’un des inventeurs du Novitchok, le régime de Theresa May n’a pas fourni d’échantillon du poison utilisé à la Russie parce qu’il aurait alors été évident qu’il n’a pas été produit selon la technologie russe

Article complet posté par Les Crises disponible ici.


En complément:

  • voir le dossier complet regroupant encore plus d’articles sur l’affaire Skripal réalisé par Les Crises et disponible ici .