Ces « virus latents » qui pourraient perturber la conquête spatiale

20 mars 2019 Off By Romain
Ces « virus latents » qui pourraient perturber la conquête spatiale

Article paru sur Le Point et publié le 19 Mars 2019.


Une étude de la Nasa relayée par « Numerama » pointe l’existence d’un danger sanitaire inattendu dans l’espace. Le virus de l’herpès a plus de 50% de probabilité d’être réactivé lors d’un vol spatial.

Donald Trump a récemment annoncé sa volonté d’un retour américain sur la Lune. La Nasa et Elon Musk se sont mis en ordre de bataille afin de remettre la conquête spatiale au cœur des priorités des prochaines années. Mais les astronautes qui partiront en mission pourraient bien faire face à de nouveaux dangers, les virus. En effet, la présence dans l’espace réactive des maladies présentes dans l’organisme, explique Numerama.

C’est l’herpès qui se retrouve sur le banc des accusés. Une maladie infectieuse et contagieuse qui se transmet à travers des lésions sur la peau ou les muqueuses. Deux espèces existent : le HSV1, qui correspond à l’herpès labial, et le HSV2, qui correspond à l’herpès génital. Quand une personne est touchée, le virus reste ensuite dans ses ganglions et peut donc « se réveiller ». Or, ce taux d’activation spontanée serait beaucoup plus important dans l’espace. Sur 89 personnes ayant effectué un vol spatial, 53 % ont été concernées. Pour les 23 astronautes ayant séjourné sur la Station spatiale internationale, ce chiffre grimpe à 61 %.

Des facteurs spécifiques

L’étude de la Nasa a identifié plusieurs causes permettant de comprendre cette résurgence marquée du virus de l’herpès dans l’espace. Certaines sont inhérentes à l’espace, comme la microgravité ou les rayons cosmiques. D’autres sont liées aux conditions de vie, comme le confinement, la perturbation des cycles de sommeil ou encore l’isolement social. Plus largement, la Nasa n’hésite pas à parler de « dysrégulation du système immunitaire ».

Loin d’être anecdotique, cette découverte a plusieurs enjeux. « Il est essentiel de développer des contre-mesures pour les vols spatiaux afin d’empêcher la réactivation virale », précisent les auteurs. Selon eux, ces « virus latents » pourraient tout simplement mettre en danger la vie des astronautes.


Article complet sur Le Point disponible ici .