Guerre au Yemen: la note embarrassante du renseignement militaire français

26 avril 2019 Off By Romain
Guerre au Yemen: la note embarrassante du renseignement militaire français

Article par Jean Guisnel paru sur Le Point le 16 Avril 2019.


Le nouveau média d’investigation en ligne Disclose a publié lundi matin une enquête révélant l’utilisation d’armes françaises dans le conflit qui ravage le Yémen depuis quatre ans. Au moins 10 000 personnes sont mortes depuis le début de la guerre en mars 2015 et la situation humanitaire y est dramatique. Les journalistes ont notamment eu accès à une note « confidentiel défense » transmise par la Direction du renseignement militaire (DRM) au gouvernement en octobre 2018. Intitulé « Yémen, situation sécuritaire », ce document de 17 pages, qui émane de l’un des plus importants services de renseignement français, jette une lumière crue sur la contradiction entre les déclarations politiques françaises et la réalité sur le terrain, telle que la voit l’un des principaux services de renseignement national.

Paris répète à l’envi que les armes qu’il livre par milliards d’euros à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis (EAU) – les deux pays qui conduisent la coalition en guerre contre les rebelles houtis au Yémen – seraient à vocation exclusivement défensive. La DRM, qui détaille dans sa note l’ensemble des matériels fournis à la coalition par de nombreux pays, fait également l’inventaire – en gras sur fond bleu – de ceux que la France a livrés. La liste est longue et la note manie le conditionnel avec ardeur. S’agissant des pods de désignation laser Damocles livrés à l’Arabie saoudite pour ses bombardiers, la DRM écrit que cette nacelle de désignation de cible « pourrait » être employée au Yémen. Les armes françaises sont ainsi souvent assorties de la mention « non déployé » ou « aucune information sur son emploi au Yémen ou à la frontière saoudo-yéménite ». Pour les chars Leclerc, vendus aux Émirats, c’est intéressant. Ils « n’emploieraient que des munitions chinoises » ! Si ce n’est pas vrai, c’est bien trouvé…

Canons Caesar

Pour les canons Caesar (systèmes d’artillerie), objets de longue date de polémiques entre le gouvernement français et les ONG, la DRM tient la ligne : ils sont déployés par l’Arabie saoudite à sa frontière avec le Yémen, mais « en défensive ».

La note principale, de même que le résumé qui lui est associé, est une analyse informée de la situation sur place, faisant appel aux sources classiques du renseignement militaire : imageries, interceptions, renseignement humain, sans oublier la probable présence de quelques observateurs militaires français sur le terrain. Sans négliger non plus les sources ouvertes (presse, ONG, etc.). Sa rédaction est parfaitement conforme aux usages du renseignement militaire, notamment chargé de tenir un état des « ordres de bataille » à savoir l’état des forces et leur évolution. Ces documents sont lisibles et clairs, assortis de cartes compréhensibles, le tout étant préparé pour les décideurs (les « hautes autorités »). Parce qu’ils ne sont pas nécessairement familiers du jargon et de la symbolique techniques utilisés par les états-majors, ces documents sont assortis de commentaires basiques et de clés de lecture très intelligibles. Pour autant, les informations sont sérieuses et si possible recoupées. Le secret qui entoure de tels documents labélisés par la France est réel et lourd : pour que des chercheurs y accèdent une fois qu’ils auront été versés aux archives, plusieurs dizaines d’années seront nécessaires !

Ligne officielle

Chargés de la conduite de la CIEEMG (Commission d’étude des exportations de matériels de guerre), les services du Premier ministre Édouard Philippe ont écrit le 14 avril à Disclose, en réitérant les arguments classiques : « La France a noué avec l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis des partenariats stratégiques autour d’intérêts de sécurité communs : la lutte contre le terrorisme et la préservation de la sécurité au Moyen-Orient. Ces partenariats sont anciens. C’est dans ce cadre que se développent nos coopérations de défense. Elles incluent des exportations de matériels militaires. Ces exportations ne se sont pas interrompues en bloc après 2015, mais leur autorisation au cas par cas fait naturellement l’objet d’une vigilance renforcée. » Et d’ajouter : « À notre connaissance, les armes françaises dont disposent les membres de la coalition sont placées pour l’essentiel en position défensive, à l’extérieur du territoire yéménite ou sur des emprises de la coalition, mais pas sur la ligne de front, et nous n’avons pas connaissance de victimes civiles résultant de leur utilisation sur le théâtre yéménite. La France n’est pas parmi les premiers fournisseurs d’armes des pays engagés au Yémen. »

« Spécial France »

Sans être une première, puisqu’elle avait été précédée en 2016 par la fuite d’une page d’un dossier préparé notamment par la même DRM pour François Hollande, cette divulgation d’un document complet, préparé pour le chef de l’État en personne, pose un sérieux problème de sécurité. Préparée pour le conseil restreint du 3 octobre 2018 réuni autour du président de la République, c’est-à-dire pour une formation plus réduite que le conseil de défense, cette note est affectée d’une classification « confidentiel défense », qui n’est pas la plus élevée dans la hiérarchie du secret. Chargé en France de la lourde machinerie du secret, le Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale écrit sur son site que cette classification est « réservée aux informations et supports dont la divulgation est de nature à nuire à la défense nationale ou pourrait conduire à la découverte d’un secret classifié au niveau Très Secret Défense ou Secret Défense ». Seconde indication du document : « Spécial France » indique qu’il ne doit pas être partagé avec des pays ou services étrangers. Bingo !


Article complet sur Le Point disponible ici .

En complément:

  • Lire l’article sur Le Point au sujet de l’enquête française qui vise les journalistes qui ont divulgué la note détaillant le soutien de Paris à la coalition anti-houthis au Yemen. L’article est disponible ici .