La BCE ne sait plus comment stopper le monstre qu’elle a créé

18 mars 2019 Off By Romain
La BCE ne sait plus comment stopper le monstre qu’elle a créé

Article de Dominique Dewitte sur le site Express et publié le 8 Mars 2019.


L’euro a dévissé après que le président de la BCE, Mario Draghi, a annoncé jeudi qu’il fournirait à nouveau des prêts à long terme bon marché (TLTRO) aux banques européennes à partir de septembre. Cela devrait encourager les banques à octroyer davantage de prêts aux entreprises et aux ménages.

La BCE maintiendra ses taux d’intérêt actuellement bas au moins jusqu’à la fin de 2019. Les banques peuvent emprunter de l’argent à la BCE à un taux de 0 %. Lorsqu’elles déposent leurs liquidités en dépôt à la BCE la nuit, elles paient un taux de 0,4 % sur ces dépôts.

Selon la BCE, cette mesure est nécessaire en raison du ralentissement de la croissance économique et de la baisse de l’inflation. 

La BCE a revu à la baisse les prévisions de croissance de l’économie de la zone euro de 1,7 % à 1,1 %. La prévision d’inflation est également ajustée à la baisse à 1,2 %, contre 1,6 % dans une prévision faite par la banque en décembre.

Draghi: « Les risques restent négatifs »

Selon Draghi, les risques restent principalement négatifs et l’économie de la zone euro souffre de risques géopolitiques et de restrictions commerciales. 

Par rapport à mars 2018, l’euro est déjà devenu exactement 10 % moins cher par rapport au dollar américain. A cette époque, la monnaie unique valait 1,25 dollar par euro. Jeudi, sa valeur est tombée  1,12 dollar.

Les décideurs politiques sont dos au mur

En décembre dernier, Steen Jakobsen, l’économiste en chef de la banque danoise Saxo Bank, avait déjà mis en garde contre ce scénario.

« La hausse du prix de l’argent et la diminution du montant d’argent disponible, le renversement de la mondialisation et la récente flambée des prix de l’énergie ont mis nos décideurs en échec« , écrit Jakobsen dans un e-mail adressé à notre équipe rédactionnelle.

« A quoi ressemblera cette panique ? Les politiciens, qui feront tout leur possible pour maintenir à flot une économie qui se contracte rapidement. Une économie qui souffre encore des conséquences des erreurs commises au cours des dix dernières années et tout cela six mois à peine après qu’on nous ait annoncé la fin de la criseQuel dommage! « , écrit le Danois.

Selon Jakobsen, après la crise financière de 2008, le cycle économique a été remplacé par un cycle de crédit, qui a fait grimper les cours des actions, a peu profité à l’économie elle-même et a entraîné la plus grande inégalité des revenus depuis des générations. 

« La pression pour dépenser de l’argent ne fera qu’augmenter après les élections législatives européennes »

Aujourd’hui encore, Jakobsen reste très sceptique quant à l’avenir. « Après que la Chine, la Banque d’Angleterre et la Fed aient déjà fait marche arrière, c’est maintenant au tour de la BCE – Comme c’est prévisible. »

Pourquoi le TLTRO commencera-t-il en septembre ? Parce qu’après les élections au Parlement européen, l’accent sera mis sur les dépenses sous la pression du camp populiste et du parti MMT. (MMT est l’anglais pour « théorie moderne de la monnaie » ou une théorie selon laquelle la peur des déficits publics est imaginaire.)

Le monstre ne peut plus être arrêté

Ces derniers remporteront leur bataille parce que la BCE est désormais incapable d’arrêter le monstre d’un marché qu’elle a créé elle-même.

Le fait que le prix de l’argent soit encore réduit fait ZERO différence, selon Jakobsen. Il s’agit simplement d’une forme déguisée d’aide d’État. En outre, après l’Italie, l’Allemagne va bientôt tomber en récession, et l’euro deviendra si bon marché que les actions deviendront plus attractives et le rideau tombera finalement sur cette politique en 2020.

Les problèmes économiques sont structurels et non cycliques

« 2020 sera l’année du vrai changement, où les politiciens et les banques centrales risquent de ne plus pouvoir s’en sortir si facilement. Bienvenue dans la grande finale de « extend-and-pretend » (« reporter et prétendre »), l’expérience monétaire la plus misérable de l’histoire. »

Quoi qu’il en soit, une chose est sûre: Mario Draghi restera dans l’histoire en tant que tout premier président de la BCE qui n’aura jamais augmenté les taux d’intérêt avant de se retirer en octobre et qui restera donc comme le «cauchemar» de tout épargnant.

Quelqu’un qui, à l’instar de ses collègues présidents de banque centrale, ne semble pas comprendre que l’économie mondiale est confrontée à un problème structurel, plutôt que cyclique. L’inflation, les guerres commerciales et les tensions géopolitiques en sont les symptômes. Peu importe combien de milliers de milliards vous continuez à injecter dans l’économie. La cause est ailleurs. Quelque chose qui a déjà été mentionné dans un rapport du FMI en 2014.


Article complet sur Express disponible ici .