La pêche à la dynamite

8 mars 2019 Off By Romain
La pêche à la dynamite

Article de Charles Gave paru sur le site Institut Des Libertéset publié le 29 Octobre 2018.


Les marchés sont difficiles en ce moment, ce qui ne saurait surprendre les lecteurs de l’IDL (voir par exemple « vous savez quoi ? J’ai la trouille… »). La question essentielle pour analyser ce qui se passe est bien entendu : mais pourquoi ces saloperies de marchés baissent-ils ? Et à cette interrogation, vos journaux et nombre de « spécialistes » s’empressent de répondre en mettant en cause la guerre commerciale sino américaine, le Brexit, les populistes en Italie ou que sais-je encore.

Je suis plus circonspect. Mon expérience des marchés baissiers m’amène en effet à beaucoup de modestie. En général, quand un marché se met à baisser, on n’en découvre la vraieraison que vers la fin du mouvement, quand les grandes baleines bleues remontent àla surface. Les lecteurs de l’IDL connaissent bien l’image de la pêche à la dynamite que j’ai souvent utilisé dans ces chroniques : si vous balancez une grenade dans la mer, les petits poissons remonteront en premier, les thons et les mérous en second puis nous aurons les cachalots et les requins et enfin les grandes baleines bleues, tout à la fin.

Je suis persuadé que quelqu’un a laissé tomber avec délicatesse une grenade en eau profonde, ce quelqu’un étant bien entendu la banque centrale américaine, le moment étant sans doute venu de rétablir la primauté du dollar, les serfs ayant tendance à se révolter. Depuis un an en effet, la banque centrale américaine fait monter ses taux courts en réduisant la taille de son bilan, ce qui veut dire en termes simples que la quantité de monnaie « dollar » dans le système baisse, ce qui fait monter son prix, c’est-à-dire les taux d’intérêts.

Et c’est cette combinaison qui s’apparente à une explosion sous l’eau.

J’ai déjà vu remonter des petits poissons du style des cryptos monnaies, quelques cachalots ont fait surface tels l’Argentine, l’Afrique du Sud ou la Turquie mais j’attends toujours ma baleine bleue… Dans chacune des grandes crises de liquidité que j’ai connu dans ma carrière, au début du mouvement, je me suis toujours hasardé à essayer d’identifier la baleine bleue à venir, avec un succès très, très mitigé cependant.

Je vais cependant m’y risquer à nouveau : A mon avis, cette fois ci, les candidats au rôle de baleine bleue sont la Deutsche Bank et le système bancaire Italien.

Que le lecteur veuille bien considérer le premier graphique.

De 2008 à 2009, les banques du monde entier plongent comme rarement dans l’histoire à cause de la crise des « surprime » aux USA.

Tout ce petit monde fait son plus bas en Mars 2009 pour rebondir violemment et replonger ensuite sans que l’on sache très bien pourquoi en 2010 et 2011.  Les marchés comprirent enfin pourquoi les banques baissaient quand la Grèce fit faillite (apparition de ma baleine bleue).

Depuis l’indice bancaire des USA a été multiplié par 2.6, la baleine bleue ne sera pas américaine cette fois ci, l’indice bancaire europeen a été stagnant mais la Deutsche et UniCredit ONT BAISSE de 66 %, ce qui est … alarmant.

Les actions de ces deux géants bancaires sont peut-être en train de nous dire que le prochain cétacé va remonter en Allemagne ou en Italie ?

Ce qui m’amène au point suivant et au deuxième graphique.

La ligne rouge représente une espèce d’indice de la valeur du dollar contre l’ensemble des autres monnaies.

De 1971 à 1981, le dollar ne cesse de baisser, passant de 120 à85. Après quelques années de baisse, tout un chacun comprend que le dollar va continuer à baisser jusqu’à la fin des temps et qu’il est intelligent d’emprunter en dollar pour acheter des choses qui elles ne baisseront jamais du style de l’or ou du pétrole. Moyennant quoi quand le dollar se mit à monter et l’or et le pétrole à baisser, à partir de 1981, des tas de gens firent faillite dont la majorité des pays d’Amérique Latine.

Rebelotte de 1985 à 1995, le dollar baisse encore pendant 10 ans de suite et, de nouveau, tout un chacun de s’endetter pour acheter des tas de choses qui ne pouvaient pas baisser comme l’immobilier en Thaïlande ou des actions Coréennes. Et quand le dollar se remit à monter à partir de 1996, tout ce petit monde sauta allègrement entrainant la faillite de tout le système bancaire local.

Et que croyez-vous que le dollar ait fait de 2004 à 2014 ? Eh bien il a baissé sans arrêt et la grande question d’aujourd’hui est sans doute : Qui a emprunté des dollars pour les investir dans des choses qui ne pouvaient pas baisser, du style de l’Euro ou de l’immobilier à Londres ou à Paris ?

Bien entendu, nous ne connaitrons les coupables qu’à la fin de la crise qui vient peut-être de commencer, mais nous savons déjà sans doute qui a prêté à ces débiteurs l’argent qu’ils n’auraient jamais dû emprunter ? Et ma réponse est sans doute la Deutsche Bank…

La dite Deutsche Bank a -peut-être- emprunté massivement des dollars pour les re-prêter à la Turquie, ou pour monter et vendre des produits dérivés sur les marchés des actions ou des changes, produits que personne ne comprend et qui sont, comme l’a souvent dit Warren Buffet, de véritables machines de destruction massives.

A mon avis donc, la Deutsche est un signe annonciateur que quelqu’un, quelque part a emprunté trop de dollars et qu’il ne pourra pas les rembourser, ce qui mettra en faillite celui qui lui a prêté, en l’occurrence la grande banque allemande.

Pour UniCredit, que je prends comme un symbole du système bancaire Italien dans son ensemble, l’explication est plus facile : comme la plupart des banques Italiennes UniCredit n’a plus assez de fonds propres pour effectuer des opérations de prêts au secteur privé, grosses consommatrices de capital.

Mais UniCredit a de très importants dépôts qu’il faut bien prêter à quelqu’un pour en tirer quelque rentabilité. Seule solution qui ne consomme aucun capital, acheter des obligations émises par l’Etat Italien. Eh oui, si UniCredit achète une obligation émise par Nestlé, il lui faut mettre 25 % de réserves obligatoires, si UniCredit achète une obligation de l’Etat Italien, zéro…Et donc les banques Italiennes sont bourrées d’obligations de l’Etat Italien qui baissent beaucoup en ce moment, ce qui va les forcer à prendre des pertes, ce qui réduira le capital de ces banques, ce qui créera une récession, qui fera exploser le déficit budgétaire et ainsi de suite.

Et l’Italie est en train de rentrer dans un scenario de « spirale baissière » : si l’Etat Italien doit payer des taux plus élevés, les banques sautent et cette crainte fait monter les taux sur la dette Italienne, ce qui fera sauter les banques. Caressez un cercle, et il devient vicieux comme le dit l’humoriste.

Mes deux candidats sont donc, la Deutsche, à cause de la pénurie de dollars et le système bancaire Italien qui va finir par imploser par manque de créditeurs solvables.

Je persiste et je signe donc : La crise des marches actuels n’a que peu à voir avec la bataille commerciale entre les US et la Chine, encore moins avec le Brexit et tout à voir soit avec les soubresauts d’agonie du Frankenstein financier qu’est l’Euro, soit avec une gigantesque position à découvert sur le dollar.

Je maintiens mes recommandations précédentes :

Cash en dollar et en Yuan.

Obligations en Chine, Suède, Grande-Bretagne.

Actions dans le secteur capitaliste ou que ce soit dans le monde avec une préférence pour l’Asie

Le but restant le même depuis Novembre 2017 :  perdre le moins d’argent possible tant il est vrai qu’il y a des moments où il faut gagner de l’argent et d’autres où il faut en perdre le moins possible.

Nous sommes clairement dans le deuxième cas.


Article complet sur Institut Des Libertés disponible ici