L’arme la plus dangereuse de tous les temps sort de la chaîne de montage du nucléaire américain

6 avril 2019 Off By Romain
L’arme la plus dangereuse de tous les temps sort de la chaîne de montage du nucléaire américain

Article paru le 14 Février 2019 sur Les Crises depuis un article original en anglais de Consortium News .


En résumé :

Le mois dernier, la National Nuclear Security Administration (anciennement la Commission de l’énergie atomique) a annoncé que la première d’une nouvelle génération d’armes nucléaires stratégiques avait quitté la chaîne de montage de sa centrale nucléaire de Pantex, au Texas. Cette ogive, la W76-2, est conçue pour être montée sur un missile Trident lancé par un sous-marin, une arme d’une portée supérieure à 7 500 milles [12070,08 km, NdT]. D’ici septembre, un certain nombre, non divulgué, d’ogives sera livré à la Marine en vue de leur déploiement.

Pour répondre à la quête de « flexibilité » de l’administration Trump en matière de guerre nucléaire, elle n’est pas conçue pour dissuader un autre pays de lancer ses armes nucléaires ; elle est conçue pour être utilisée. C’est l’arme qui pourrait rendre envisageable ce qui était jusqu’alors « impensable ».

A la différence des armes tactiques, les armes nucléaires stratégiques intercontinentales ont été conçues pour viser directement la patrie lointaine d’un ennemi. Jusqu’à présent, leur pouvoir destructeur extrême (tellement plus important que celui infligé à Hiroshima) ne permettait pas d’imaginer de véritables scénarios d’utilisation qui seraient envisageables d’un point de vue pratique et nous ne parlons pas ici de ce qui serait moralement acceptable. C’est précisément pour éliminer cette entrave pratique que l’administration Trump a récemment entamé le processus de retrait du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire datant de l’époque de la guerre froide, tout en faisant sortir de la chaîne de montage une nouvelle arme « limitée » et modifiant ainsi le système Trident.


Article complet sur Les Crises disponible ici (traduit de l’article original écrit en anglais par James Carrollet disponible ici) .