Un centre sicilien pour migrants servait de base à la mafia nigériane

5 avril 2019 Off By Romain
Un centre sicilien pour migrants servait de base à la mafia nigériane

Article paru le 1 Avril 2019 sur Citoyens et français .


Le centre de Mineo était une base d’opérations pour la mafia nigériane. Mais aucune trace de la nouvelle dans les journaux – 10 arrestations de fugitifs en France et en Allemagne avec la circonstance aggravante d’association de malfaiteurs de type mafieux.
Leur base était le centre sicilien pour migrants. On en parle dans Il Giornale, Libero, Verita et QN. Zéro dans La Reppublica, Il Corriere, La Stampa, Messagero etc… Ce doit être parce que la dernière circulaire de la bien-pensance impose de reclasser cette histoire de mafia nigériane en « fake news inventée par les xénophobes ».

Une douzaine de citoyens nigérians, tous fugitifs en Italie et considérés comme appartenant à une organisation criminelle qui opérait depuis quelque temps en Sicile, ont été arrêtés en France et en Allemagne[…]
ils sont tenus pour responsables, sous diverses formes, d’association de type mafieux, association visant le trafic illicite de drogue, de violences sexuelles et de violences sexuelles en groupe.

Selon les enquêtes de l’équipe mobile de Catane et de Sco, ils appartiennent à une organisation criminelle nigériane disséminée dans divers pays européens et non européens, d’une matrice sectaire appelée ‘Vkings’ ou ‘Supreme Vikings Confraternity’. Tous les dix auraient fait partie de la cellule sicilienne qui opérait à Catane et dans la province et qui avait sa base dans la centre de Mineo. Dans ce centre, selon l’enquête, il y a eu plusieurs fois des affrontements avec d’autres groupes afin de maintenir la prédominance parmi les communautés étrangères.
[…]

Il était dans le « Cop » (Conseil des professeurs), l’un des principaux organes de la secte secrète. Il révèle les rites, les hiérarchies et les affaires du dôme noir. Il est maître du trafic de drogue – de la cocaïne à la marijuana, échangée avec les Albanais -, de la prostitution et du trafic humain, du clonage de cartes de crédit et de la falsification de documents. Des hommes de la rue et des cols blancs. Machette et iPhone. Les dirigeants sont généralement des immigrants légaux.
[…]

C’est un réseau mondial. Il déplace une rivière d’argent, qui retourne à la maison en dehors des circuits bancaires, par exemple avec le’hawala, le mot en arabe signifie transfert. Il s’agit d’un ancien système musulman codifié dans le Coran et lié à nos lettres d’échange, des particuliers qui sont d’accord avec d’autres particuliers dans toutes les parties du monde, de sorte que vous pouvez transférer du capital en une journée.
[…]

Les premiers signes, c’était 88.[…] La conclusion est donc la suivante : la mafia nigériane opère en Italie depuis trente ans. Nous ne voulions pas le voir.

Et cette myopie s’est également répétée à Castel Volturno. Nous considérions les Nigérians comme des victimes de la camorra, mais c’était une guerre entre notre organisation et la nouvelle qui voulait conquérir des parts de territoire.
[…]

Qu’est-ce que l’enquête a permis de déterminer ?

« Une guerre entre deux groupes mafieux, appelés sectes secrètes, Eiye et Maphite. Nous avons intercepté 500 000 appels téléphoniques. Ils s’affrontent sur la domination du territoire.

Chacun a des dirigeants, député, dans une organisation pyramidale ».

Les domaines d’affaires varient-ils ?

« Non, ils traitent tous plus ou moins des mêmes choses : trafic d’êtres humains, prostitution, trafic international de drogue, fraude sur les cartes de crédit clonées. Mais ils sont en conflit les uns avec les autres, pour la suprématie ».
[…]

Une armée : combien y en a-t-il ?

« D’après notre enquête, les seuls affiliés Maphite sont entre 4 et 5 000 personnes.

Un phénomène sous-estimé ?

« Je pense que oui. Nous devons frapper les leaders. C’est peut-être la seule façon d’éradiquer une organisation qui n’est pas italienne, mais mondiale ».


Article complet sur Citoyens et français disponible ici .

En complément:

  • Lire l’article en italien du 31 Mars 2019 dont est inspiré cet article paru sur Dagospia. Article disponible ici .
  • Lire l’article sur Jeune Afrique paru le 31 Octobre 2018 au sujet du trafic d’êtres humains par la mafia nigériane et de la prostitution de femmes nigérianes en Italie. Article disponible ici .