Le silence des médias et des partis politiques sur la détention de Chelsea Manning

7 avril 2019 Off By Romain
Le silence des médias et des partis politiques sur la détention de Chelsea Manning

Article écrit par André Damon le 20 Mars 2019 sur World Socialist Web Site.


Cela fait dix jours qu’un juge fédéral a incarcéré Chelsea Manning pour avoir refusé de témoigner devant le grand jury secret en Virginie, qui prépare un acte d’accusation contre Julian Assange, éditeur de WikiLeaks.

Après avoir publié des informations superficielles sur l’emprisonnement de Manning, aucun grand journal américain n’a publié d’informations complémentaires sur l’emprisonnement du plus célèbre dénonciateur et prisonnier politique des États-Unis.

Aucun des dizaines de moralistes professionnels employés par le New York Times, le Washington Post et le Wall Street Journal qui se font un devoir de faire connaître les violations des «droits de l’homme» pour promouvoir les intérêts impérialistes américains n’a écrit une seule colonne protestant contre l’emprisonnement de Manning.

Ces journaux font régulièrement état d’allégations d’emprisonnement et de mauvais traitements de journalistes, de lanceurs d’alerte et de dissidents de la part de rivaux géopolitiques américains, la Russie et la Chine. Mais lorsqu’il s’agit de l’emprisonnement d’un lanceur d’alerte courageux aux États-Unis, ils sont silencieux.

Le Parti démocrate n’a rien dit non plus. Il n’y a eu aucune protestation de la part d’un politicien démocrate important, y compris de l’aile dite «progressiste» du parti. Bernie Sanders, Alexandria Ocasio-Cortez, Rashida Tlaib et Ilhan Omar n’ont pas pris la défense de Manning. Les appels téléphoniques et les courriels des WSWS demandant des éclaircissements aux bureaux de Sanders et d’Ocasio-Cortez n’ont pas été retournés.

La complicité du Parti démocrate dans l’emprisonnement de Manning est liée à sa politique pro-impérialiste. Les démocrates ont mené leur opposition à Trump sur la base la plus à droite possible, critiquant l’administration pour ne pas avoir pris une position assez dure contre la Russie, dénonçant tout retrait de la guerre au Moyen-Orient, et élevant les agences de renseignement en supposés modèles démocratiques.

Manning, en revanche, est surtout associée à l’exposition des crimes de l’impérialisme américain. Elle a été arrêtée en mai 2010, quelques semaines seulement après la publication par WikiLeaks de la vidéo de «meurtres collatéraux» montrant un hélicoptère américain massacrant des civils et deux journalistes de l’agence de presse Reuters en Irak. Elle a été détenue en isolement par l’administration Obama, dans des conditions que l’ONU a qualifiées de torture, et traînée devant une cour martiale. Elle a été condamnée à 35 ans de prison en 2013. Dans les derniers jours de sa présidence en janvier 2017, Obama a commué sa peine, mais a refusé de lui accorder une grâce.

Au cours des deux dernières années, depuis l’élection de Trump, les efforts pour criminaliser et persécuter WikiLeaks sont devenus un thème central dans le discours politique du Parti démocrate.

Comme l’a écrit Hillary Clinton dans son analyse des élections de 2016: WikiLeaks … a contribué à accélérer le phénomène qui a fini par être connu sous le nom de «fausses nouvelles», a-t-elle affirmé, comme les «contes farfelus» sur les «choses terribles que j’ai dû dire à huis clos et comment, en tant que présidente, je serais toujours dans la poche des banquiers qui avaient payé mes frais de discours».

Loin d’être des «fausses» ou des «contes farfelus», les fuites publiées par WikiLeaks ont révélé à la fois la corruption de la campagne Clinton – y compris le contenu des discours payés de Clinton à Wall Street – et les tentatives délibérées de truquer les primaires démocrates au profit de Clinton par le Comité national démocratique hiérarchique.

Au nom de la lutte contre les «fausses nouvelles», les sections dominantes de l’establishment politique – dirigées par les agences de renseignement et le Parti démocrate – ont exigé la suppression des médias en ligne de gauche, critiques et indépendants. Les monopoles technologiques ont été enrôlés par l’État pour contrôler et censurer les déclarations et points de vue politiques d’opposition.

Le silence de Sanders sur l’emprisonnement de Manning – et son silence sur la persécution continue d’Assange – est d’une importance particulière, car le sénateur a de bonnes raisons de défendre WikiLeaks, étant donné que l’organisation a exposé le fait que le Comité national démocrate cherchait à truquer les primaires de 2016 et à priver ses partisans du droit de vote au Parti démocrate.

Le silence le plus révélateur, cependant, vient peut-être des organisations politiques qui se proclament socialistes. Socialist Worker, le site Web de l’ISO (International Socialist Organization / Organisation socialiste internationale), n’a pas commenté, et encore moins dénoncé, la vengeance exercée par l’élite dirigeante contre un lanceur d’alerte ayant passé près de sept ans en prison pour divulgation de documents qui mettaient en cause des crimes de guerre et des complots impérialistes. La revue Jacobin, affiliée aux DSA (Democratic Socialists of America / Socialistes démocrates d’Amérique), n’a publié qu’un article superficiel contre sa persécution, qui n’est pas accessible de sa page d’accueil.

Des organisations comme l’ISO ne sont guère plus que des appendices du Parti démocrate. Elles soutiennent les opérations impérialistes de changement de régime et sont hostiles à toute mobilisation indépendante de la classe ouvrière. Indefensible, un livre publié par Haymarket, le bras éditorial de l’ISO, dénonce tous ceux qui critiquent les opérations américaines de changement de régime, qu’il s’agisse du bombardement de la Yougoslavie ou des efforts de déstabilisation de la Syrie, en tant que «pseudo-anti-impérialistes» dans les poches russes. Parmi les individus et les organisations dénoncés par le livre figurent Julian Assange et le World Socialist Web Site.

Sous Obama et sous Trump, Jacobin et Socialist Worker ont activement fait campagne pour soutenir l’opération américaine de changement de régime en Syrie, proclamant que les combattants islamistes par procuration des États-Unis seraient les émissaires d’une «révolution démocratique», et ont fait écho à la propagande de la CIA concernant l’utilisation par le gouvernement syrien des armes chimiques.

L’élection de Barack Obama, saluée comme un «événement transformateur» par l’ISO en 2008, a conduit à huit années de guerre, d’espionnage domestique et d’assassinats ciblés. L’emprisonnement de Manning s’inscrivait dans le droit fil de toute la politique impérialiste du Parti démocrate.

En fin de compte, leur abandon de la défense de Chelsea Manning et Julian Assange est l’expression des intérêts sociaux qu’ils défendent: ceux de la classe moyenne supérieure, privilégiée et riche.

Contrairement à l’indifférence et à la complicité silencieuse de l’ensemble des médias et de l’establishment politique face à la parodie de justice qu’est l’arrestation de Chelsea, le Parti de l’égalité socialiste mène campagne pour la libération de cette dernière. Le PES en Australie a organisé des manifestations à Sydney et Melbourne pour exiger la liberté pour Assange et, après son arrestation, la libération de Manning, auxquelles ont assisté des centaines de personnes et des milliers en ligne.

La semaine dernière, le Parti de l’égalité socialiste aux États-Unis a commencé à organiser des réunions et des rassemblements pour exiger la libération de Manning et d’Assange. Nous exhortons tous nos lecteurs à se joindre à ce combat !


Article complet sur World Socialist Web Site disponible ici .